AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Laissez un petit mot sur PRD pour promouvoir le forum les amours ♥

Ainsi que nosTOP-SITE
anipassion.com
Partagez|

Breathe in... Breathe out (Aaron & June)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Aaron Ledger

J'ai pour sosie : Jared Leto . J'ai joui : 31 fois et simulé : 328 ∞ J'ai vu le jour le : 14/08/1980 ∞ Ma paranoïa : Silver Heaven, Gabriel Shades & Gaëlle De Lioncourt

MessageSujet: Breathe in... Breathe out (Aaron & June) Mar 30 Aoû - 14:01


   


   
Breathe in... breathe out....

   
   
« Need to close my eyes... And breathe... »

   
Le jour ? La nuit ? Ca ne fait pas vraiment de différence pour moi. Les heures s’enchainent indifféremment. Evidemment, je ne peux me permettre de perdre totalement la notion du temps à cause des rendez-vous qu’il me  faut honorer. Eux aussi s’enchainent. Délais, dossier, comptes rendus, déjeuners d’affaires, signature de contrats, et ces temps-ci, recrutement. L’ouverture de l’Onyx a attiré du monde, surtout avec les erreurs commises par le précédent patron, qui a entaché la réputation du club. Six mois après l’incident des boissons droguées, la presse commence tout juste à se calmer… Enfin, elle est moins bruyante. Mais je sais que je suis attendu au tournant. Mais mon passé de soldat m’a appris a appréhender de grand enjeux, et à guider une équipe vers le succès d’une mission. Et si cette fois, il n’est pas question de vie, ou de mort subite, il s’agit quand même de toute une équipe de personnes qui travaille pour gagner sa vie. En un sens, je suis responsable de ces gens, et de leurs conditions de vie.


   
Certains, beaucoup même, disent que je prends tout ça trop à cœur… Mais je ne maitrise plus que ça, dans ma vie. Il est clair que les frasques de Stephane Gray ne m’ont pas facilité la tache sur le début. Mais le moins qu’on pouvait dire c’est que je n’ai pas eu trop de mal à produire un effet différent.  Inutile de dire que ma rigidité affichée en a déstabilisé plus d’un. Ceci étant, ils se sont aussi vite rendu compte que ma parole était suivie d’actes.

   Par contre, ma vie privée est un vrai champs de mines. Charlie… Mon colocataire. Je l’apprécie beaucoup, oui. Sinon, je ne partagerais pas ma maison avec lui. Il est sérieux, et attachant… Mais en lisant sa lettre, mon cœur a eu un raté. Amoureux… De moi ? J’ignore comment réagir. Mais je n’avais pas envisagé la fuite. De toute façon, pas besoin, il m’évite lui-même. Parce qu’il sait que je ne suis pas porté sur les hommes… Sans doute cherche-t-il à se protéger. Mais du coup, la tension est palpable presque en permanence. Je ne sais plus quoi faire, ou ne pas faire, craignant de le blesser maladroitement. Mais forcément, je peine à reprendre mon souffle durant mes heures de temps libre. La musique m’aide beaucoup, et puis, je continue à m’entretenir pour ne pas perdre ma condition physique. Je m’en voudrais de perdre toutes mes capacités acquises à l’armée.
Charlie n’est pas le seul homme à poser sur moi un regard… Perturbant… Ce policier. J’ignore ce qu’il cherche, mais je doute sérieusement de pouvoir lui donner. Mais comme il est toujours poli, et même sympathique, bien que déstabilisant, rien que par son apparence, je m’applique à  paraitre un peu moins… Glacial. Oui… Je travail là-dessus. Car depuis mon divorce, la Solitude est ma compagne. Et certaines fois, tout ça me pèse. J’ai eu quelques aventures d’un soir, mais cela remonte à avant que je ne reprenne la direction du Guilty Pleasure. J’ai considéré ne plus avoir le temps depuis…. Et je me suis mis à fumer. De l’hyper-light mentholé, mais quand même… C’est mauvais signe. Trop de stress en continu.
Justement, ce soir, je ferme mes dossiers en soupirant, et sors par l’arrière du club, mon paquet de cigarettes à la main. Je passais encore en revue les postes pourvus aujourd’hui. Nous avions besoin d’artistes. Ils devaient encore faire leurs preuves, mais un public est toujours franc quant à son appréciation immédiate. Il ne restait donc qu’à attendre. Mais je ne laisserais pas l’établissement redevenir un foyer de débauche. Ca, c’est certain. Et donc, je m’allumais une cigarette, et inspirai lentement une bouffée, les yeux clos, en essayer de m’aérer l’esprit, et laisser de coté mes affaires professionnelles jusqu’au lendemain, en me demandant encore si j’allais rentrer immédiatement ou non…

   
- Adrenalean 2016 pour Epicode

   
Revenir en haut Aller en bas


June D. Corbin

J'ai pour sosie : Olga Katysheva . J'ai joui : 34 fois et simulé : 409 ∞ J'ai vu le jour le : 23/12/1997 ∞ Ma paranoïa : Jonah F. Lincoln

MessageSujet: Re: Breathe in... Breathe out (Aaron & June) Mer 31 Aoû - 11:15

Cette journée de travail n'avait pas été vraiment satisfaisante... Je n'avais eu que deux clients dans la journée, qui plus est franchement pas doués au lit et m'ayant par conséquent forcée à simuler, j'avais failli louper ma danse, ce qui ne m'arrive jamais et étaient repartie aux vestiaire avec une mauvaise humeur certaine... Il y en a, comme ça, des journées de merde. Quand c'est comme ça, je repense à Jasper et la Floride... et je me dis que finalement, ce n'était pas une si mauvaise journée malgré tout.

Déçue, mon besoin sexuel de la journée encore insatisfait et en soupirant, je finis de remballer mes affaires et de me rhabiller en tenue civile pour pouvoir rentrer chez moi. Ce soir, je n'avais pas de rendez vous ailleurs, alors je comptais bien profiter de ma soirée... aller faire la fête peut être.

Rapidement, sans prendre le temps de retirer ma lingerie sexy  (composée de deux pièces de lingeries, un porte jarretelle et des bas), j'enfilai une petite robe grise à bretelles très moulante et décolletée. La limite de la robe très serrée m'arrivait juste à mi-cuisse, laissant presque dépasser le haut de mes bas. Laissant comme souvent mes cheveux détachés, j'enfilai ma paire d'escarpins noirs qui se mariait parfaitement à la lingerie que je portais. L'air ennuyée, je sortis alors du GP par l'arrière, mon sac à la main, et me sortis une cigarette que je calai d'un air las entre mes lèvre pour finir par l'allumer, une fois arrivée à l'extérieur.

Ici se trouvait notre patron, directeur du GP, Aaron Ledger. Je lui adressai un très charmant sourire lorsqu'il m'aperçu, mais je pus constater quelque chose de spécial dans son attitude... Il avait l'air angoissé, fatigué. Je commençai à connaître notre patron... je l'appréciais beaucoup. C'est un homme droit, protecteur et travailleur, et il sait diriger à merveille cet établissement mais... Il ne prend pas assez de temps pour lui. C'est un homme constamment occupé, qui se refuse à se reposer un peu trop... Et c'est bien dommage. Je peux vous dire une chose : si Aaron était moins constamment plongé dans le travail, je me serais déjà arrangée pour finir couchée les jambes écartées sur son bureau. Car il faut le dire : pour être beau gosse, il est beau gosse, et j'adore tenter de le draguer sans arrêt. Je pense qu'il sait ce dont j'ai envie avec lui... mais il est sans doute trop droit pour oser séduire ses propres employées...

Mais tiens ça me donne une idée... Un petit sourire espiègle s'affiche sur mon visage alors que je me rapproche lestement de mon patron. Aujourd'hui, je me fais la promesse qu'il sera la satisfaction de ma journée... Quitte à mentir un petit peu.

- Aaron... Ça va ?... Hum, comment dire. Tu as du temps devan toi ? J'aurais un petit service à te demander si ça ne te dérange pas trop... déclarai-je innocemment.

Quelle combine suis je donc en train d'inventer ?  Vous allez le savoir.

- En fait... j'ai un rendez vous de prévu avec un photographe aujourd'hui et... j'ai personne pour m'emmener et j'ai pas de véhicules à disposition alors je me suis dis... peut être que tu... ?

J'accompagnai mon innocent mensonge d'un petit sourire mignon à l'adresse du brun et commençai à lui faire tranquillement les yeux doux. Ma petite robe sexy pourra sans doute aider aussi à le convaincre...
Revenir en haut Aller en bas


Aaron Ledger

J'ai pour sosie : Jared Leto . J'ai joui : 31 fois et simulé : 328 ∞ J'ai vu le jour le : 14/08/1980 ∞ Ma paranoïa : Silver Heaven, Gabriel Shades & Gaëlle De Lioncourt

MessageSujet: Re: Breathe in... Breathe out (Aaron & June) Lun 5 Sep - 14:08


 


 
Breathe in... breathe out....

 
 
« Need to close my eyes... And breathe... »

 
Les secondes filent, ma cigarette se consume, et je perds la notion du temps, perdu dans mes pensées qui perdent leur cohérence… La fatigue aide rarement les hommes à refaire le monde… Il est vraiment temps que je décroche, au moins jusqu’à demain après-midi, puisque ma présence au bureau n’est pas requise avant 14h.

Une voix… C’est elle qui me ramène à l’instant présent, sur ce parking presque désert, réservé au personnel. Son timbre de femme fend mon visage d’un léger sourire alors que je me tourne dans sa direction afin de pouvoir y associer un visage.  June Corbin. Une danseuse plutôt doué, au regard pétillant, et au sourire communicatif. Elle sait jouer de son corps et l’assume. Ca se ressent quand elle est sur scène, et le public en est ravi.
Quand elle me salue, je m’incline légèrement, sans perdre mon sourire, puis écrase ma cigarette dans l’un des cendriers extérieurs.

« Bonsoir June. Je vais bien, merci… Que puis-je faire pour toi ? »


  J’écoute attentivement sa réponse, quelque peu surpris. Un photographe ? A cette heure-ci ? Mais je ne relevai pas. A-vrai-dire, je ne connaissais pas grand-chose à ce milieu. Peut-être prévoyaient-ils une série de clichés nocturnes…
La demoiselle n’eut pas besoin d’achever sa phrase pour que je devine sa requête, et voilà que pour la première fois depuis son arrivée je m’autorise à dévier mon attention de son visage pour juger de sa tenue… Loin de moi l’idée d’endosser le rôle de l’employeur profiteur.  Je  me réjouis qu’elle ne cherche pas à s’adresser à n’importe qui pour se faire transporter… Tout le monde sait que la nuit n’est pas paisible dans les rues de New-York.

« Bien-sûr ! » Acquiesçai-je en lui indiquant ma voiture d’un geste du bras, tandis que mon autre main actionne la clé pour déverrouiller les portières, avant de lui ouvrir la siennes, puis faire le tour pour prendre place derrière le volant.

Je songe un moment à lui demander comment elle envisage le trajet du retour, mais me ravise. Loin de moi l’idée de me faire intrusif. Je n’ai pas à savoir où et avec qui elle entend passer sa nuit. Et puis… J’aurais bien l’occasion de lui demander à la volée, en la déposant.

« Où va-t-on demoiselle ? »

 
- Adrenalean 2016 pour Epicode

 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Breathe in... Breathe out (Aaron & June) Aujourd'hui à 21:51

Revenir en haut Aller en bas

Breathe in... Breathe out (Aaron & June)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Breathe, just breathe ; ft Matt murdock. || ARCHIVE LE 24/01
» Breathe Me [Arizona] -Abandon
» The third temptation [Aaron]
» Aaron Ekblad
» Aaron Howell [REPRIS] ~ Gryffondor (7e année)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Guilty pleasure :: 
City Of New York
 :: Upper East Side
 :: Chez June D. Corbin
-